Champs sur Marne
+33685154230
c.lavergne(at)s-b-e.org

Pourquoi le Smart doit devenir la norme

Created with Sketch.

Pourquoi le Smart doit devenir la norme

Le contexte

On en parle de plus en plus: domotique, objets connectés, smarthome, smartbuilding, et j’en passe. Et pourtant il y a encore nombre de nos contemporains qui n’ont jamais entendu parler de cela, et qui ont encore moins l’idée de savoir ce que c’est et ce que cela apporte dans un bâtiment.
Et parmi ceux qui « connaissent », beaucoup sont encore frileux à le proposer, la plupart du temps en raison d’une peur (infondée ou pas) que ça ne fonctionne pas, mais aussi et surtout par méconnaissance.

Smart, mais encore?

Comme nous l’avons déjà évoqué dans ce blog, une installation Smart va plus loin que de simplement pour allumer et éteindre des lumières avec son smartphone. C’est amusant pendant 5 minutes, mais on s’en lasse très vite. Un bâtiment Smart c’est un bâtiment qui:

  • est capable d’analyser des informations en provenance de capteurs disséminés en des endroits stratégiques, ainsi que des informations venant d’autres endroits, telles que des sites internet par exemple,
  • offre des services aux utilisateurs. Ces services vont se développer de plus en plus dans les mois et années à venir, notamment en raison des conditions sanitaires connues en 2020. Ces services peuvent aller de la conciergerie aux informations trafic pour savoir à quelle heure partir du bureau pour éviter les bouchons, en passant par l’optimisation de l’occupation des bureaux en fonction du nombre de salariés présents dans un contexte de pandémie
  • sur la base des informations recueillies au quotidien, adapter son fonctionnement pour optimiser le confort des utilisateurs tout en réduisant automatiquement son impact environnement et son empreinte carbone

Pourquoi doit-il devenir la norme?

Plusieurs raisons:

  • d’abord parce qu’il faut arrêter de concevoir les installations comme il y a 20 ans en arrière. L’industrie automobile a évolué, nos vies ont évolué. Nous sommes en permanence connectés via nos smartphone et nos laptops. Et pourtant l’endroit qui est notre refuge, notre maison reste archaïque
  • ensuite car cela offre une souplesse aux utilisateurs qu’il est impossible de retrouver dans une installation traditionnelle. Une fois qu’on a goûté à cette souplesse d’utilisation (et d’installation), on n’a plus envie de revenir en arrière
  • car il est grand temps d’évoluer. Les installations électriques telles que nous les concevions jusqu’à maintenant doivent s’adapter à l’air du temps, devenir plus flexible. La génération qui arrive et qui est ultra connectée ne comprendra pas comment on peut vivre dans une maison sans pouvoir activer son chauffage à distance ou pouvoir surveiller ce qu’il s’y passe en cas d’absence.
  • parce que si nous voulons atteindre des objectifs de performance énergétique, réduire notre impact environnemental, et consommer moins d’énergie nous avons 2 solutions: retourner nous loger dans des cavernes, ou concevoir des bâtiments autrement en les automatisant de manière à ce qu’ils gèrent les systèmes énergétiques de manière autonome, bien plus efficacement que si nous le faisions manuellement.

Quelles difficultés surmonter?

Il y a d’abord un aspect technique. Les solutions Smart sont nombreuses. Mais pas forcément interopérables les unes avec les autres. De ce côté là ça évolue dans le bon sens. Les fabricants s’ouvrent de plus en plus pour faciliter l’interopérabilité. De plus en plus de consortiums réunissant les fabricants et les protocoles les plus standards dans le bâtiment se créent, dans l’objectif de trouver un « langage » commun.

Ensuite le problème de l’organisation des projets par lot. Le manque de corrélation entre les différents intervenants d’un chantier amène à des situations compliquées voire ingérables, qui auraient pu facilement être évitées avec un intervenant transverse à l’ensemble des lots qui aurait validé l’ensemble des solutions techniques et leur interopérabilité. Nous avons déjà évoqué ce sujet en parlant de « lot Smart dans les projets« . Les choses évoluent aussi de ce côté là, mais très doucement.

Bien entendu il y a une autre difficulté, et pas des moindres, qui est d’ordre économique. Les maîtres d’ouvrage ont des budgets, limités. Ajouter de l’intelligence dans un bâtiment a un coût. Mais ce coût peut être pondéré si le projet est réalisé dans les règles de l’art et avec suffisamment d’anticipation.

Le Smart peut-il devenir la norme?

Non seulement il le peut, mais je serais tenté d’ajouter: il DOIT devenir la norme. Pour toutes les raisons que nous avons détaillé. Il y a du travail pour en arriver là, et il va falloir convaincre beaucoup de décideurs. Mais ce serait un vrai pas de géant dans le bon sens pour enfin arriver à des résultats probants.

Laisser un commentaire